Après le succès de l’année dernière, dont témoignent les photos des sénateurs Yves  Pozzo di Borgo et Nicolas Dhuicq, voilà que le député Thierry Mariani, en collaboration avec le député du parti ultranationaliste russe LDPR, Léonid Sloutski, prépare le tour “tout inclus” de l’été 2016.

Les élus-touristes pourront, certainement, non seulement contempler les bateaux ukrainiens que les militaires russes ont pris d’assaut pour les “intégrer” dans la Flotte de la mer Noire et rencontrer des Criméennes, mais aussi déguster des vins volés de Massandra. Seul bémol, ils ne pourront pas en acquérir quelques bouteilles pour les rapporter chez eux. Ils encourraient, hélas, une inéquitable accusation de recel.

Ce tour fera objet d’une attention toute à fait particulière de la part de la propagande du Kremlin. De nombreux articles de Sputnik et RT sont garantis.

Dans ce cadre, les élus pourront s’exprimer, entre autre, sur ce qu’est « l’amitié », à l’image de Thierry Mariani, secrétaire du Groupe d’amitié France-Ukraine de l’Assemblé Nationale.

La parole leur sera donnée, également, pour témoigner de ce que représente la « coopération », à l’image du sénateur Yves Pozzo di Borgo, qui compte, certainement, se rendre lui aussi en Crimée, malgré la résolution de l’Assemblée parlementaire de l’Organisation pour la Sécurité et Coopération en Europe à laquelle il siège.

Ce voyage sera une bonne occasion de gagner quelques points auprès du Kremlin et d’augmenter ses chances d’obtenir un prêt pour sa campagne électorale à des taux très préférentiels.

Il est bien certain que les organisateurs du voyage feront tout pour que les députés et sénateurs puissent enfin oublier « ces ukrainiens qui polluent toutes les réunions en mettant en avant leur probléme »(orthographe originale conservée).

Nous ne doutons pas que l’accueil enfiévré des Criméennes sera à la mesure de la kremlinophilie que Mariani et Pozzo di Borgo ont montré en préparant et en faisant voter, à l’Assemblée Nationale et au Sénat, les résolutions visant à supprimer les sanctions qui frappent injustement les prouesses de l’armée et de services secrets de Poutine, chez ses voisins.

Le nombre de places étant limité, la priorité sera donné à ceux qui ont voté la levée des sanctions imposées sur la Russie, à l’exception des Frontistes qui sont perçus comme des concurrents.

Publicités