Peu de temps après y avoir attaqué puis capturé trois navires ukrainiens et leurs marins, lors de l’assaut du 25 novembre 2018,le Kremlin a indiqué que le trafic était redevenu normal dans le détroit de Kertch. Cette assertion était fausse et pouvait être aisément démontée par tout un chacun. La vérification en est très simple.

Le blocus comme arme de la guerre hybride

1. Allez sur https://www.marinetraffic.com/
2. Dans la case, en haut à gauche, saisissez « Kerch »en anglais c’est à dire sans le « t ». Une liste apparaît. Choisissez « KERCHPort [UA] »
Le résultat s’affiche :

Les flèches indiquent les navires en mouvement. Les points signalent les navires au mouillage et/ou arrêtés.
Les couleurs indiquent le type de navire.

3. Vous pouvez zoomer et dé-zoomer. En mettant votre souris sur un bateau, vous avez sa description, dont sa nationalité, et des informations sur sa route.

4. De même vous pouvez faire une recherche sur «Mariupol » et « Berdyansk » pour y observer les navires à quai ou en mouvement et contrôler l’évolution de leur trafic.

Conséquences du blocus russe pour les ports ukrainiens de la Mer d’Azov


France24: Reportage à Berdyansk, un port ukrainien sous blocus russe

France 24:
Envoyé spécial à Berdyansk pour France 24, Gulliver Cragg, a pu constater qu’il n’y a pas de soldats dans les rues, mais que l’inquiétude est palpable, même si la vie quotidienne n’est pas encore impactée directement par ce blocus russe ou la loi martiale. « Le port souffre déjà sévèrement de la situation. Cela fait six jours qu’aucun navire ne peut accoster dans le port, ils sont retenus par les russes qui bloquent l’entrée en mer d’Azov par le détroit de Kertsch », constate Gulliver Cragg.
Selon le ministre ukrainien des Infrastructures, Volodimir Omelian, les navires ne pouvant ni sortir ni entrer, les ports sont de fait sous blocus. « L’objectif est simple – en imposant un blocus aux ports ukrainiens de la mer d’Azov, la Russie espère que les Ukrainiens quitteront leur propre territoire – un territoire qui est nôtre en vertu de tout le droit international afférent », a-t-il dit.

Comment éviter l’effondrement planifié, par Poutine, des ports ukrainiens de la Mer d’Azov?

Si l’on souhaite empêcher la mort économique de Marioupol et Berdyansk, il est nécessaire que les pays occidentaux appliquent, pour leurs ports et leurs détroits, les procédures imposées, à Kertch, par le FSB pour les navires ukrainiens. Afin d’être véritablement contraignante, cette réciprocité devra concerner l’ensemble des navires en provenance et à destination de la Russie. Le coût du blocus de Kertch deviendra insupportable pour le Kremlin. Voir à ce titre: «Comment sanctionner l’affaire de Kertch et lever l’asphyxie rampante des ports de Berdyansk et de Marioupol? »

Des suggestions en ce sens ont déjà été lancées par MonsieurVolodymyr Hroysman, Premier Ministre d’Ukraine, et par MadameAnnegret Kramp-Karrenbauer, candidate allemande à la présidence de la CDU.

Rejoignez la page Facebook : Sanctions contre Poutine 


Publicités