De: Bernard Grua
A: r.dantec@senat.frj.guerriau@senat.fr, m.meunier@senat.fr, a.trillard@senat.fr, y.vaugrenard@senat.fr

Madame et Messieurs les Sénateurs,

«Plutôt la mort que la souillure », c’est ce qui aurait conduit la duchesse Anne de Bretagne à choisir l’hermine comme emblème Même s’il s’agit d’une légende, force est de reconnaître que nous sommes fiers de voir ce symbole figurant dans les armes ornant notre château de Nantes. Nous devons en être dignes.

Je vous écris en tant qu’électeur nantais, Madame et Messieurs les Sénateurs. J’appartiens au collectif citoyen « Maintien Des Sanctions» composé de Français attachés aux Droits de l’Homme et à l’avenir de la paix sur notre continent. Nous aimons la culture et les pays slaves. Nous comptons des amis ou de la famille en Russie ou en Ukraine. Nous sommes profondément choqués et inquiets du mépris affiché par Vladimir Poutine pour les peuples et pour le droit international.

Le 8 juin 2016, vous aurez à choisir entre l’honneur de notre pays et la souillure pour la France ainsi que la mort des futures victimes de Poutine. Vous aurez à vous prononcer sur la résolution Pozzo di Borgo concernant la levée des sanctions contre le régime du Kremlin. Cette Résolution est basée sur des arguments biaisés ou tout simplement faux En effet, ce document est rédigé sans tenir compte de nombreuses informations cruciales, ce qui rend réductrice la compréhension du problème de la guerre qui se déroule, jusqu’à présent en Ukraine.

Premièrement, la présence militaire russe n’a même pas été évoquée dans la Résolution, malgré toutes les preuves qui ont été publiées dans les médias officiels et indépendants, malgré les rapports établis par des experts internationaux. Des dizaines de milliers d’ukrainiens sont morts, de nombreuses familles ont perdu leur proches, se sont retrouvées dans l’obligation de fuir les zones de combats, le nombre des personnes déplacées a très largement dépassé le million. Tout cela, à cause de ce conflit, dont le Kremlin est à l’origine.

Deuxièmement, cette Résolution évite d’évoquer la situation dramatique du peuple des Tatars de Crimée qui se font persécuter et chasser de leur terre d’origine, la péninsule de la Crimée, illégalement annexée par la Russie.

Troisièmement, suite à la conclusion des experts de l’agence indépendante Bellingcat, le tragique crash du vol MH17 de Malaysia Airlines qui a fait 298 victimes et qui a été abattu dans le ciel ukrainien, a été cible du missile de fabrication russe.

Quatrièmement, la Russie détient de nombreux ukrainiens emprisonnés, leurs affaires étant falsifiées et leurs procès n’ayant rien d’équitables. Nous avons, de plus, un exemple nantais en la personne de Yoann Barbereau, victime, lui aussi, d’une cause fabriquée pour un procès stalinien, à Irkoutsk, dans lequel il est menacé de vingt ans de camp.

En ce qui concerne l’Ukraine, vous ne pouvez donc pas vous contenter de la seule propagande de l’agresseur, à savoir celle de la Russie de Poutine, de ses supplétifs ou de ses nombreux débiteurs hexagonaux.

Pour la France, la résolution Pozzo di Borgo met en avant l’argument économique, c’est à dire la crise de la filière agricole, qui ne date pas d’hier et dont les sanctions ne sont pas la cause. L’embargo décrété par le Kremlin sur la viande porcine a, par exemple, précédé les sanctions occidentales. Sur ces sujets, notre collectif et moi-même, sommes à votre disposition si vous souhaitez plus détails. Créer la confusion est l’objectif des promoteurs de la résolution Ils instrumentalisent les problèmes des agriculteurs ou d’autres catégories socioprofessionnelles en difficulté, pour, une nouvelle fois, affoler la population française. Ce sont les mêmes qui sont reçus à des réceptions empressées au Kremlin. Ce sont les mêmes qui ignorent superbement le peuple russe dont ils récupèrent les difficultés de la vie quotidienne dans leur argumentaire, comme si ce n’était pas Vladimir Poutine qui privilégiait l’importation des biens industriels à usage militaire plutôt que ceux permettant la satisfaction des besoins alimentaires de sa population Ce sont les mêmes qui se sont rendus illégalement en Crimée occupée. Ce sont les mêmes qui, avec la complicité de Sputnik, l’agence de propagande du Kremlin,   ont intoxiqué la France lors de l’affaire Mistral : pénalités de 10 milliards de dollars, impossibilité de vendre ces navires à un autre pays sabordage des Mistral comme seule issue, catastrophe pour l’emploi à St Nazaire (alors que le carnet de commande de STX n’a jamais été aussi florissant), perte de crédibilité à l’export (alors que DCNS vient de remporter le contrat du siècle en Australie) etc.

J’espère que vous ferez valoir une position reflétant les valeurs de la République et conforme à la prudence, plutôt que de promouvoir des intérêts partisans dans la perspective des élections de l’année 2017, voire des intérêts lobbyistes plus que douteux. Il est à espérer, aussi, que vous ne choisirez pas des avantages incertains, voire personnels ou à courte vue, en échange d’une compromission inacceptable ou d’un reniement qui ne feraient qu’encourager le régime de Vladimir Poutine dans son belliciste aventurisme extérieur, dont la France aura fatalement, un jour, à payer le prix.

Il ne serait guère courageux de s’abstenir ou de déserter le Sénat le 8 juin prochain. Comme de nombreux autres citoyens j’observerai très attentivement votre vote ou votre absence de vote, ce jour là. La seule position digne, conforme aux intérêts de la France et des Français est donc, Madame et Messieurs les Sénateurs, de voter, le 8 juin 2016, contre la résolution Pozzo di Borgo! Je compte bien sur les Sénateurs de ma Loire Atlantique pour faire leur devoir.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Madame et Messieurs les sénateurs, l’expression de mes salutations respectueuses

Bernard Grua, Nantes

sanctionsMembre du Collectif citoyens: « Maintien Des Sanctions »

Publicités