Une dépêche Reuters  du 23/05/2016 suscite la réprobation internationale ainsi que l’indignation des citoyens attentifs à la politique extérieure agressive de Vladimir Poutine: « Russian agriculture minister granted entry to France despite sanctions ». « La France a accordé un visa d’entrée au ministre russe de l’Agriculture, Alexander Tkachev, selon la déclaration du ministère lundi, même s’il est sur une liste de l’Union européenne des Russes interdits d’entrer dans l’Union suite à l’annexion par Moscou de la péninsule de Crimée….  Le nom de Tkachev a été ajouté à la liste des individus russes interdits d’entrer dans l’Union européenne à la mi-2014, quand il était gouverneur de la région de Krasnodar, au sud de la Russie, parce qu’il a reçu une médaille «pour la libération de la Crimée» des mains du, de-facto, chef de la Crimée pour le soutien qu’il a apporté. » De plus, comme l’écrit Cécile Vaissié. « Alexander Tkachev est un exemple de corruption… Il est notamment impliqué dans les détournements des JO de Sotchi (voir note 1) et la tolérance pour la bande de Tsapok (voir note 2)… » Elle s’en est plus largement expliqué dans son ouvrage de référence « Les Réseaux du Kremlin en France ». Enfin, Tkatchev est un des principaux lobbyistes de l’embargo russe imposé sur les produits agricoles européens et de leur destruction massive.

Selon nous, que cet individu soit corrompu, qu’il soit sous sanction n’entrera pas en ligne de compte. L’explication est relativement simple. Nous sommes dans la droite ligne des propos des 7 députés de l’étranger le 28/04/2016 et dont le vote, selon nombre d’observateurs, ne présentait aucune conséquence… Ils n’avaient pourtant pas appelé en vain le renfort régional du pitoyable Marc Le Fur. Ce dernier s’est exécuté servilement, quitte à énoncer publiquement une série de lieux communs grotesques et fumeux. La crise agricole exploitée par les supplétifs de Poutine met le Gouvernement sous pression. A part une argumentation aussi bien construite que passée totalement inaperçue, du peu respecté Harlem Désir, le Gouvernement n’a pas de discours clair, pédagogique et équitable, sur cette crise et sur les sanctions. Il doit donc trouver une entente sur la levée au moins partielle du contre-embargo alimentaire installé par Vladimir Poutine, quitte à s’humilier à Moscou, comme Jean-Marc Ayrault en a donné un triste exemple récemment, mettant en joie la propagande du Kremlin

Ici à Nantes, après les destructions en centre ville, le blocage de la raffinerie de Donges et les barrages de la zone portuaire, au cœur de l’agglomération, créent un large désordre avec des fumées un peu semblables au nuage noir qui s’élevait au-dessus de Kyiv le 19/02/2014. Nous parlerons pas de Rennes où la situation est encore plus grave. Il ne manque plus que les agriculteurs….

Il y a 10 jours dans « Vers une levée des sanctions? » nous annoncions: « …Qu’à cela ne tienne tout est mis sur le dos des sanctions européennes à l’égard de la Russie. La manœuvre est malhonnête, mais elle fait mouche. Dans ce cadre, une instrumentalisation des agriculteurs et des alliances renouées, avec le fond « bonnets rouges », pourraient provoquer la dérobade de nombres d’hommes politiques. « La Corrèze plutôt que le Zambèze », nos terroirs plutôt que le Donbass ou la Crimée, nos agriculteurs plutôt que les « Petits Russiens ». Nous avons tous en tête le récent préalable de la révolte de « l’Ecotaxe » démarrée en même temps que Maïdan. Elle a secoué l’Elysée et le Palais Bourbon. Elle les a fait reculer.Si les forces de l’ordre se retrouvent bombardées de pommes pourries avant que les rues en centre-villes soient aspergées de lisier, que les grilles de préfectures soient arrachés par de puissants tracteurs et les bâtiments administratifs encombrés de fumier, alors  il sera trop tard pour se rassurer en invoquant le fait que la levée des sanctions n’est soutenue que par 55 députés poutinophiles, définitivement passés au service de l’étranger. Cela s’est vu, cela s’est fait. »

Nous y voilà, déjà. Des discours moraux et outragés ou faisant appel aux accords internationaux ne serviront, une fois de plus, à rien, à part se faire esclaffer la poutinosphère et l’encourager à poursuivre son pilonnage. Il est plus que temps de passer à la contre-offensive sur le terrain des prétextes invoqués par cette nébuleuse, particulièrement dans la perspective du vote, le 8 juin prochain, sur le projet de résolution du sénateur Pozzo di Borgo, porte-parole de Poutine au Sénat comme l’est, à l’Assemblée nationale, son camarade d’excursions à Moscou et en Crimée interdite, le député Thierry Mariani.

Bernard Grua, Nantes, 24/05/2016

Note 1: L’Express – 31/05/2013 – « JO de Sotchi : jusqu’à 23 milliards d’euros auraient été détournés, affirme le leader de l’opposition russe »
Note 2: Le Figaro – 19/11/2010 – « Les crimes d’un député mafieux choquent la Russie »

SanctionsRejoignez la page FB
Maintien des Sanctions

Publicités