L’opinion française est probablement en train de se lasser de l’Ukraine et des sanctions. Cette évolution est liée, en partie, à la puissance du lobby pro Kremlin et à ses manipulations. Néanmoins, il faut y ajouter la légèreté avec laquelle les conséquences des sanctions sont abordées du côté des partisans de leur maintien, l’absence d’information de la population française sur la situation des droits de l’homme en Crimée (comme l’a rappelé, au monde entier, la récente victoire de la chanteuse Djamala à l’Eurovision) ainsi que sur la poursuite de la guerre du Donbass. Il ne faut pas, non plus, oublier une ligne gouvernementale française peu lisible, fragilisée, qui répugne à informer et qui demain peut basculer.

Enfin, il ne faut pas sous-estimer, en Ukraine, le poids que peuvent avoir la restauration oligarchique, le caractère permanent de la corruption, le manque de réformes de la justice et les palinodies de la coalition au pouvoir, qui oeuvrent, in fine, contre la société ukrainienne et contre le maintien des sanctions.

Pour reprendre les termes d’un article cité ci-dessous, en les projetant aussi sur les rives du Dnipro, il devrait s’agir « d’une question de conscience » autant pour le Président Porochenko et ses ministres que pour les hommes politiques français.

Notre présentation s’articulera de la façon suivante

  1. Le vote du 28 avril 2016, un non événement?
  2. Une explication limitée,
  3. Une analyse incomplète et source de malentendus,
  4. Un régime ukrainien pénalisant le maintien des sanctions,
  5. Une France tiraillée

1. Le vote du 28 avril 2016, un non événement?

Dans un article du journal « le Monde » daté du 29 avril 2016, « L’Assemblée vote une résolution en faveur de la levée des sanctions », Hélène Bekmezian et Benoît Vitkine expliquent que, par une majorité de 55 voix sur 44, les députés français se sont prononcés pour une levée immédiate et sans contrepartie des sanctions prises contre la Russie de Poutine, en raison de l’annexion de la Crimée et de la guerre dans le Donbass. Ils indiquent que cette résolution n’à qu’une portée symbolique, mais précisent que ce symbole est de taille.

MarianiRianovostiLe député Thierry Mariani, à l’origine de la proposition de résolution, s’est empressé de rendre compte à ses donneurs d’ordre du succès de sa mission en direct sur la télévision du Kremlin. Il communique largement concernant cette opération d’auto promotion sur sa page Facebook. Bien évidemment, le Front National a voté comme Thierry Mariani même s’il en garde du ressentiment, tant il craint la concurrence en ce qui concerne la reconnaissance sonnante et trébuchante du Kremlin.

Ces informations ont créé une certaine émotion assortie, finalement, d’une tentative de relativisation de la part des acteurs concernés par le maintien des sanctions.

2. Une explication limitée

2.1.Lobbyisme, l’arbre qui cache la forêt?

Le site « Oukraïnsky Tyjden » le lendemain du vote, en a donné un des points de vue ukrainiens « Лобістська арифметика. Хто у Парижі прагне зняти санкції з Росії »où Alla Lazareva fait part, dans l’urgence, de l’émotion que lui occasionne la résolution . Son texte est disponible, en version française sur le site « Stop Fake » depuis le 13/05/2016, sous la rubrique « opinions »: « L’arithmétique du lobbyisme. » Il servira de fil conducteur à notre réflexion. On y devine une bonne connaissance du milieu politique français et une fine analyste des états d’âme d’une partie de la communauté ukrainienne en France. Le diagnostic est le suivant: « ..cette résolution, qui n’a aucun caractère contraignant, est avant tout un outil de communication… créant l’illusion d’un sentiment de masse alors que seuls 55 députés ont voté en faveur du document. C’est là toute l’arithmétique du lobbying. Et la magie de ce petit nombre a justement permis aux propagandistes russes de proclamer, à tort, que Paris était pour la levée des sanctions. »

2.2. Après l’émotion, une sérénité retrouvée?

Nous comprenons relativement facilement les objectifs qui ont présidé à ce vote. Les intérêts et méthodes de Thierry Mariani, porte-parole de Vladimir Poutine à l’Assemblée nationale, sont aujourd’hui bien connus, grâce à l’ouvrage de Cécile Vaissié: « Les réseaux du Kremlin en France« . Des citoyens et électeurs français d’origine ukrainienne ont fait connaître leur préoccupation par une « Flashmob« , à Paris, le premier mai 2016.
Réagissant à chaud, Oukraïnsky Tyjden ne présente pas les arguments et les motifs invoqués par les sept députés, Asensi,  Dhuicq,  Giacobbi, Le Fur, Maréchal-Le Pen, Mariani, Rochebloine, qui se sont prononcés pour la levée immédiate et sans contrepartie des sanctions. Cette approche restreinte le conduit à affirmer (C’est) « un résultat qui en dit plus sur la France que sur l’Ukraine ».

Ayant pu consacrer plus de temps à la revue de l’intervention des différents députés, nous pensons qu’il faut insister sur le fait que les arguments pro-levée doivent être connus, compris et contrés, notamment ceux qui concernent des catégories socioprofessionnelles fragilisées.

3. Une analyse incomplète et source de malentendus

3.1. Un dialogue de sourds

Les partisans de la levée des sanctions présentent l’Ukraine de façon réductrice et s’appuient sur des impacts économiques français, dont l’affirmation va de pair avec une large mauvaise foi et une instrumentalisation de tout un panel de difficultés frappant certains secteurs professionnels. A aucun moment la guerre du Kremlin, pourtant cœur du sujet, n’est évoquée. De leur côté, à de rares exceptions près, les partisans du maintien des sanctions présentent, à juste titre, les malheurs, que son agressif et belliqueux voisin provoque en Ukraine. Ils évitent pourtant généralement d’aborder l’impact des sanctions sur la société hexagonale. Dans un tel brouillard, l’opinion publique française est perdue. Même conciliante, elle se rangera du côté de celui qui dispose des relais les plus puissants pour se faire   entendre. Nous sommes là au cœur du problème de l’absence de réel débat et d’explication sur les sanctions.

3.2. Une interprétation trop réductrice de la position française

Même si l’apocalypse promise, contre toute logique, par Sputnik et le FN n’a pas eu lieu, à savoir entre 5 et 10 milliards de pénalités, même si les 1, 2 milliards encore annoncés par Thierry Mariani, François Asensi et Nicolas Dhuicq sont une supercherie, même si la dénonciation du contrat Mistral a évité, à la France, de perdre d’autres marchés, il faut reconnaître que cette affaire lui a coûté plusieurs centaines de millions d’euros. A ce jour, notre pays est celui qui a consenti le plus gros sacrifice financier vis a vis de la sécurité de l’Ukraine. Cet effort doit être reconnu.

L’indignation au sujet du vote du 28 avril est légitime mais elle n’est pas singulière. Nombreux sont ceux qui ont appris à s’exprimer de la sorte sur les réseaux sociaux, depuis plus de deux ans que dure la guerre de Poutine en Ukraine. Néanmoins, dans un document public, traiter ainsi une décision de l’Assemblée nationale est injuste. Cette indignation est excessive dans ses termes et quelque peu maladroite dans sa tournure. « La résolution de l’Assemblée nationale sur la levée des sanctions contre la Russie est d’abord une question de conscience pour ceux qui, ainsi, crachent sur les tombes fraîches des fils et des filles d’Ukraine morts en défendant leur patrie contre les envahisseurs. Ou plutôt, une question de leur absence de conscience. Et rien de plus. » 

Avec plus de recul, cette indignation est dangereuse car insuffisante. Elle procure une trompeuse sérénité, une fois le premier choc dissipé.

3.3. Des questions qui restent ouvertes

  • Comment en est-on arrivé là?
  • Dès la prise de connaissance du projet de résolution Mariani en a-t-on fait savoir, aux députés, les mensonges, le parti pris et les intentions?
  • A-t-on pris le soin de remercier et d’encourager les quatre députés qui se sont fermement engagés pour le maintien des sanctions?
  • Pourquoi l’opinion française, si bienveillante il y a quelque temps à l’égard de Maidan, se détourne-t-elle de l’Ukraine soumise à une guerre importée?
  • Comment l’opinion française est-elle informée?
  • Le vote concerne-t-il seulement quelques lobbyistes ou une partie significative des Représentants du peuple français?
  • Pourquoi nos Dirigeants renouvellent-ils, de façon aussi calamiteuses, les erreurs de communications de l’affaire Mistral, en faisant semblant de ménager « la chèvre et les choux » et en n’expliquant pas?
  • Pourquoi a-t-il fallu attendre cette « fronde parlementaire » pour que le gouvernement, par son Secrétaire d’Etat aux affaires européennes, expose, de façon détaillée, sa position concernant les sanctions?
  • Finalement, l’opinion française est-elle majoritairement pour la levée des sanctions?
  • Si oui, pourquoi?
  • Qu’en est-il des autres pays européens?
  • Que faisons-nous? Qu’allons-nous faire?

Dans le même temps, des signaux inquiétant apparaissent.

4. Un régime ukrainien pénalisant le maintien des sanctions

L’article sus-mentionné explique que le vote en faveur de la levée dit beaucoup sur la France et presque rien sur l’Ukraine. Est-ce donc seulement un problème d’une petite bande d’intrigants au pays de la baguette et du camembert, sous l’ombre « bienveillante » des matriochkas?

4.1. Une restauration oligarchique

La société civile ukrainienne est la première à souffrir de la guerre de Poutine en terme de destructions de foyers familiaux et d’équipements industriels, de paupérisation, de persécutions ethniques et religieuses en Crimée, de millions de personnes déplacées, de morts et de blessés sur le front du Donbass. La jeunesse ukrainienne instruite, indispensable au redressement du pays, qui a montré tant de courage, voit son avenir saccagé. Il ne lui reste que l’exil comme perspective. En effet, la guerre permet de « justifier » le maintien voire la restauration de l’oligarchie, fléau du régime pré-Maidan, qui a occasionné la « Révolution de la Dignité ». Aujourd’hui cette restauration oligarchique et prédatrice est utilisée contre le pays tout entier par les partisans de la levée des sanctions. Les interventions du 28 avril 2016 les invoquent sous forme de litanie.

4.2. Une permanence de la corruption et une justice non réformée

Un autre facteur de déclenchement de Maidan est celui de la corruption et d’une justice à la fois sélective et non-indépendante.

Deux ans après, aucune justice n’a été rendue sur les disparitions et assassinats des activistes d’Automaidan, sur le massacre de Marinsky lors du 18 février 2014,  sur les morts et les causes de l’incendie de la Maison des Syndicats de Kyiv lors de la nuit du 18 au 19 février 2014, sur les assassinats par snipers dans la rue de l’Institut lors de la journée du 20 février 2014, sur les morts  et l’incendie de la Maison des Syndicats d’Odessa le 2 mai 2014.

Chaque pays à ses propres conflits d’intérêts et ses financiers véreux qui doivent être pourchassés, l’Ukraine comme les autres. Mais compte-tenu de l’effort exigé de la part de sa population, compte-tenu des sacrifices de sa jeunesse (voir à ce titre le témoignage d’Emmanuel Graff: « Sacha H, des ailes au Maidan« ), compte-tenu de l’aide internationale demandée (les sanctions et les contre-sanctions en font partie), Kyiv se doit d’être irréprochable. Pourtant le Président Poroshenko, certains membres de son entourage et au moins un de ses nouveaux ministres figurent en bonne place dans les « Panama papers ». Le gouvernement ukrainien pourra-t-il dire comme Iatseniouk l’a fait en substance: « Vous osez nous demander des comptes, nous dont nos concitoyens meurent dans la guerre du Donbass? » Non, cette réponse n’est pas acceptable.

L’absence de progrès, voire la régression depuis les premières mesures prises en 2014, est un argument systématiquement utilisé contre l’Ukraine, comme s’il s’agissait d’un avantage concédé à la population et non pas d’une croix supplémentaire qu’elle doit porter De fait le sujet est particulièrement préoccupant, même s’il est injustement exploité par la coalition de Thierry Mariani. C’est – aussi – ce que nous dit le vote du 28 avril 2016.

4.3. Un gouvernement en perte de crédit

Enfin, les intrigues personnelles et la cacophonie gouvernementale sont un nouveau handicap, qui permet à Thierry Mariani de citer: « Un bon connaisseur de la région (qui) avouait… qu’on ne savait plus qui gouvernait à Kiev« .
Les exhortations du FMI et son refus de déblocage de certaines tranches de financement sont, eux aussi, récupérés.
Comment espérer avoir des relations avec un pays qui a un tel gouvernement? Comment pourrait-on prendre le risque de lui consentir des prêts financiers? Il vaudrait mieux lui préférer une alliance avec un pays « stable », la Russie de Poutine. Pour cela, la France devrait lever les sanctions, nous affirme-t-on.

CiXDQoLWgAEc-lo

Note, voici un commentaire laissé par un lecteur ukrainien, qui a sa place dans cet article car il apporte des précisions utiles: « … le seul point où je ne suis pas d’accord – c’est l’infographie sur les démissions. Elle met pas mal de confusion en mélangeant des ministres avec de gens de niveau équivalent à un préfet. En plus dans pour certain d’eux ces réformateurs gardent des postes de conseillers ou on même été promu comme dans le cas de George Tuka. Un bonne lecture par rapport au nouveau gouvernement: Les atouts et les faiblesses du nouveau gouvernement ukrainien« 

5. Une France tiraillée

5.1. Louvoiements de Jean-Marc Ayrault

La rencontre de Jean Marc Ayrault, Ministre des Affaires Etrangères de la France, avec son homologue Russe, Sergueï Lavrov, le 19 avril 2016, a donné lieu à un article alarmant sur « Le Figaro »: « Ayrault sermonne Kiev et épargne Moscou ». Certes on peut invoquer que « Le Figaro » s’est appuyé sur la mauvaise « traduction » qui en a été faite par Interfax. Néanmoins, la déclaration exacte de Jean Marc Ayrault montre que les deux protagonistes, Ukraine et Russie, sont renvoyés dos à dos. Cela a-t-il un sens?

Thierry Mariani saute à pieds joints sur l’occasion: « Jean-Marc Ayrault, notre ministre des affaires étrangères, en visite dans l’est de l’Europe (Note: en Russie) il y a quelques semaines, aurait d’ailleurs, si j’en crois la presse (Note: parle-t-il de « Sputnik » ou du « Figaro » reprenant « Sputnik »?), tapé du poing sur la table et demandé au gouvernement ukrainien de respecter sa parole et de mettre en place ces réformes« . Comme si l’on pouvait imaginer qu’un ministre français se rende en Russie pour y tancer l’Ukraine… Cela est parfaitement grotesque mais Mariani déroule ses boniments sans que personne n’en manifeste de surprise. Il continue en entrecoupant même son discours d’un « Soyons honnêtes ».

Jean-Marc Ayrault, le 19 avril 2016, a invité Vladimir Poutine à l’inauguration de la nouvelle et très controversée cathédrale russe à Paris, en octobre 2016. Il est le premier à faire sortir le dirigeant du Kremlin de l’isolement diplomatique où l’avait conduit sa politique extérieure agressive. Pourquoi la France se compromet-elle ainsi? Quel message souhaite-t-on faire passer. Comment le citoyen français peut-il s’y retrouver?

On peut être inquiet quant à la détermination du nouveau ministre des Affaires étrangères. En quatre ans du mandat de François Hollande, dont il est proche, alors qu’il a été chef du groupe socialiste à l’Assemblée, Maire de Nantes et Premier ministre, Jean-Marc Ayrault n’a pas été capable de trouver une solution au problème de Notre Dame des Landes, le nouvel aéroport de Nantes, qui occasionne aujourd’hui violences et destructions dans cette ville. Comment peut-on espérer que Jean-Marc Ayrault pourra mettre un terme à la guerre en Ukraine, « crise » infiniment plus complexe, ayant à faire face à des interlocuteurs, Vladimir Poutine et Sergueï Lavrov, beaucoup plus expérimentés et retords que lui? Tutoyer son « ami » Sergueï comme nous le découvrons avec surprise, et en contradiction avec toutes les pratiques russes, ne suffira pas à lui en assurer les bonnes grâces. Après la ZAD de Notre Dame des Landes, le Donbass sera-t-il le deuxième « conflit gelé » à mettre au « crédit » de Jean-Marc Ayrault?

5.2. Le dilemme de Minsk

On peut longuement épiloguer sur le caractère applicable ou non-applicable des accords de Minsk. La Russie en fait un préalable à la cessation des hostilités. Kyiv n’entend pas renoncer à une partie de sa souveraineté, sans un Donbass débarrassé de ses factions armées et de ses militaires russes, sans une frontière Est sécurisée, sans des élections conformes aux standards démocratiques.
Pourtant, nous devons impérativement assimiler le fait que le Secrétaire d’Etat et les quatre députés supportant le maintien des sanctions ont, tous, soulignés, qu’elles ne pourraient pas être levées avant l’application intégrale des accords de Minsk. Si nous abandonnons Minsk, nous abandonnons les sanctions.
Pour les partisans de la levée, les accords de Minsk ne sont pas mis en oeuvre par une volonté délibérée de l’Ukraine, alors que la Russie jouerait le jeu. C’est un mensonge éhonté de la part d’élus de la République, comme le prouvent les informations terrains régulières et disponibles à tous. Ces mêmes députés ajoutent que Kyiv retarde l’application des accords afin que les sanctions contre   le Kremlin soient prolongées indéfiniment. Thierry Mariani: « Le paradoxe, aujourd’hui, c’est que, alors que c’est le gouvernement ukrainien qui ne les respecte pas, ces sanctions pèsent sur le gouvernement russe… nous pouvons être sûrs qu’elles seront maintenues pendant deux ans encore, le gouvernement ukrainien n’ayant aucun intérêt à ce qu’elles cessent. » Pierre Lellouche: « Le processus de Minsk est bloqué, non pas à cause de la Russie mais du fait de l’incapacité d’une classe politique ukrainienne totalement divisée et corrompue. »

L’opinion française s’y perd.

5.3. Absence d’opposition à la levée, de la part des nombreux non-votants

Le vote sur la proposition Mariani était annoncé à l’avance. Il n’a pris personne par surprise. Les députés qui n’ont pas voté contre résolution l’on fait en toute connaissance de cause. Il s’agit pour partie, au moins, d’une approbation implicite ne se limitant pas au 55 voix exprimées. L’explication qu’en donne « Oukraïnsky Tyjden » ne peut pas être exacte: « Les vacances scolaires, les grèves, les nombreuses manifestations en cours dans tout le pays, les députés ont tant de raisons de ne pas assister à une séance plénière ! Et aucune responsabilité pour leur négligence, alors que de ce vote dépend la réputation de leur pays aux yeux du monde. »   Les motifs « justifiant » le vote et concernant les éventuelles retombées sur la société française n’ont pas été évoqués.

5.4. Pression de l’opinion publique

 « Savez vous qu’un camembert est plus dangereux qu’un hélicoptère, qu’une carcasse de porc plus dangereuse sur le plan militaire que le spatial ? » dit Thierry Mariani en voulant nous faire croire que tout ceci est le fruit des sanctions occidentales. C’est un tour de bonneteau du camelot de Poutine. L’interdiction d’entrée de denrées comestible sur le territoire russe relève de la seule décision du Kremlin. L’embargo sanitaire sur le porc est antérieur à la mise en place des sanctions. Les autres biens alimentaires sont visés par les contre-sanctions russes. Quant à la technologie spatiale, elle intéresse trop Moscou pour qu’il s’empêche d’y recourir alors qu’il est prêt, pour sa population, à accepter des magasins vides et une envolée des prix. Le message est bien passé. Paul Giaccobi montre qu’il ne connaît rien à ce contre quoi il s’élève: « Le fait, souligné par notre collègue Mariani, que la liste des sanctions semble indiquer que le camembert était plus dangereux le spatial ».

Dans la France de Poutine, on n’est pas une contradiction et à une surenchère près. Nicolas Dhuicq: « La filière porcine a perdu au moins 150 millions d’euros ! ». Marion Maréchal-Le Pen: « L’interdiction de l’exportation de porc vers la Russie a, selon l’interprofession nationale porcine, coûté 500 millions d’euros de février à août 2014. »

La France a, pour l’instant, un régime démocratique, qui ne peut pas se comparer avec celui du pays sous sanctions. Le Gouvernement français ne pourra pas ignorer indéfiniment l’opinion publique. Nous avons un large panel de lois qui ont été votées. Elles avaient reçu un début d’application avant d’être annulées.

1661330_10152376789994803_7046847751103993858_n
Marc Le Fur à la droite de Christian Troadec (porte-parole « Bonnets Rouges »), Nantes 19/04/2014

A ce titre, il est judicieux de se référer à l’intervention du député Marc Le Fur qui, appelé en tant que caution régionale, prétend « apporter un témoignage précis » . Il commence mal et dans la plus grande imprécision en invoquant le « fameux bateau de Saint-Nazaire destiné à la Russie ». Pour quelqu’un qui se dit attentif à ce qui se passe en Loire Atlantique, il est surprenant qu’il ne sache même pas que le « fameux bateau » est (sont) en fait deux navires d’invasion « Mistral ». S’en suit des chiffres relatifs à la filière porcine en crise cyclique de surproduction européenne, frappée de plein fouet par l’embargo sanitaire antérieur aux sanctions. Qu’à cela ne tienne tout est mis sur le dos des sanctions européennes à l’égard de la Russie. La manœuvre est malhonnête, mais elle fait mouche.

1459880_10152068833699803_1294110616_n
Les « Bonnets Rouges » ont provoqué l’annulation de l’Ecotaxe, Carhaix 30/11/2013

Dans ce cadre, une instrumentalisation des agriculteurs et des alliances renouées, avec le fond « bonnets rouges », pourraient provoquer la dérobade de nombres d’hommes politiques. « La Corrèze plutôt que le Zambèze », nos terroirs plutôt que le Donbass ou la Crimée, nos agriculteurs plutôt que les « Petits Russiens ». Nous avons tous en tête le récent préalable de la révolte de « l’Ecotaxe » démarrée en même temps que Maïdan. Elle a secoué l’Elysée et le Palais Bourbon. Elle les a fait reculer.

Si les forces de l’ordre se retrouvent bombardées de pommes pourries avant que les rues en centre-villes soient aspergées de lisier, que les grilles de préfectures soient arrachés par de puissants tracteurs et les bâtiments administratifs encombrés de fumier, alors  il sera trop tard pour se rassurer en invoquant le fait que la levée des sanctions n’est soutenue que par 55 députés poutinophiles, définitivement passés au service de l’étranger. Cela s’est vu, cela s’est fait. Et encore, on ne citera pas ici toutes les options possibles afin de ne pas être suspecté de vouloir troubler l’ordre public, en ces périodes d’Etat d’urgence.

5.5. Electoralisme

L’année 2017, sera celle des élections présidentielles françaises. Elles seront suivies par les législatives. Outre le fait qu’un changement de majorité parlementaire, encore plus pro-Kremlin que le nouveau Président n’est pas exclure, on note, dès à présent, les nouveaux « cadeaux » du Gouvernement. Ils nous laissent craindre que cette période électorale sera propice à de nombreuses démagogies. Il ne sera plus possible de passer en force le maintien des sanctions. Quel sera le poids du malheur ukrainien dans le débat? Probablement minime.

5.6. Un nouvel arc politique aligné pro-Kremlin?

Les députés se prononçant pour le maintien des sanctions disent vouloir conserver une relation privilégiée avec la Russie alors que les partisans de la levée souhaitent « un nouveau partenariat stratégique » (François Rochebloine).
François de Rugy: « Nous allons voir un étrange arc politique voter cette résolution: notre collègue communiste, le Front national, ce qui ne me surprend pas de leur part, et Les Républicains… Nous ne voulons pas que la diplomatie française tombe dans un alignement pro-russe…. Je trouve cela très inquiétant quand on connaît la nature autoritaire du régime de M. Poutine…. Je vois bien que la question ukrainienne n’est qu’un prétexte.« 

Nous ne sommes donc plus au stade du lobbying, nous en sommes à la perception de ses dividendes.

Conclusion:

Si le vote du 28 avril 2016 ne sert pas de leçon en France et en Ukraine, nous pouvons déjà préparer un communiqué lors de la levée réelle des sanctions, isolant un peu plus la juste cause ukrainienne de la population hexagonale. Est-ce bien le but?
Il faut agir, refuser cet attentisme et cette fatalité désastreuse. Le temps presse avant la prise de décision de l’éventuelle reconduction des sanctions, en juillet 2016.

Bernard Grua, Nantes

fuck-putin

Soutenez notre action et rejoignez-nous sur Facebook
MaintienDesSanctions

Références:

Union Européenne: “Sanctions de l’UE à l’encontre de la Russie concernant la crise en Ukraine”

Council of the European Union: “Liste des personnes et entités sujettes aux sanctions de l’UE” 15/09/2015

Wikipedia: “Embargo alimentaire russe de 2014”

ECFR : “Who pays for the sanctions on Russia? “ 05/12/2014

IRSEM: “Les sanctions contre la Russie ont-elles un effet dissuasif” janvier 2015

RFI: « Impact des sanctions sur la Russie, 26/06/2015 »

AFP: « L’UE parvient à compenser les pertes liées à l’embargo russe « 22/09/2015

Reuters: “L’UE reconduit pour six mois les sanctions contre la Russie” 18/12/2015

Politique internationale: En finir avec la République oligarchique ukrainienne, Janvier 2016

L’opinion: “L’embargo russe, cauchemar et chance de l’agro-industrie française”, 28/02/2016

Reuters: “L’UE reconduit ses sanctions contre des responsables russes et ukrainiens” 06/03/2016

Cécile Vaissié “Les Réseaux du Kremlin en France” 17/03/2016

Assemblée nationale, proposition de résolution N°3585 (Mariani) “invitant le Gouvernement à ne pas renouveler les mesures restrictives et les sanctions économiques imposées par l’Union Européenne à la Fédération de Russie” 17/03/2016

France Culture: « A Paris, une nouvelle cathédrale… pas très orthodoxe ? 31/03/2016 »

Gouvernement Diplomatie: « Conférence de presse conjointe – Propos de M. Ayrault (Moscou, 19/04/2016)« 

Assemblée nationale: “Examen et vote de la résolution Mariani sur la levée des sanctions” 28/04/2016
Assemblée nationale: « Interventions des députés opposés à la levée des sanctions 28/04/2016 »
Assemblée nationale: « Interventions des députés favorables à la levée des sanctions 28/04/2016 »

Le Monde: « L’Assemblée vote une résolution en faveur de la levée des sanctions contre la Russie 28/04/2016 »

Oukraïnsky Tyjden: « L’arithmétique du lobbyisme 29/04/2016 »

Note de la FRS n°10/2016:  « Les perspectives politiques et militaires des accords de Minsk , Mathieu Boulègue, 3/05/2016 »

Front National: » Sanctions contre la Russie : Les Républicains seraient-ils schizophrènes? 3 mai 2015 »

Le Monde: « Les « cadeaux électoraux » de Hollande irritent la droite, 04/05/2016« 

Publicités